virgil

recueil de nouvelles vient de paraître aux éditions Dialogues qui s’intitule Manières douces et qui est signé d’un certain Profane Lulu.

 

Laissez moi sortir du placard et vous dire que Profane Lulu, c'est moi. Ses Manières douces sont les miennes et le beau Profane n'est qu'un personnage de plus dans ma collection.

On peut aujourd'hui écrire d'amour librement dans un livre, point n'est besoin de se cacher. Je ne me suis pas privé de le faire dans le passé et j'aurais tout à fait pu signer Manières douces de mon nom. Je ne l'ai pas fait par jeu, pour m'inscrire dans une tradition qui a longtemps voulu que les auteurs de textes d'amour et de sexe se voilent la face pour cacher leur audace et plus sûrement pour s'éviter quelques ennuis.

Et puis il faut avouer que l'oulipien que je suis a eu le plus grand plaisir à brasser les lettres de son nom pour sortir du chapeau d'anagrammes le joli Profane Lulu.

Aurais-je écrit les mêmes textes que lui? Je l'ignore mais j'imagine que mon clavier a été aussi le sien et que sa contribution est réelle. Sans lui, en tout cas, je n'aurais pas connu Adèle et je n'aurais pas su si bien l'habiller et si bien la décrire.

 

Ce choix est également et plus secrètement, celui d'une sourde inquiétude. Le politiquement correct, l'écologiquement correct, le sexuellement correct me terrifient et je vois trop bien comment à leur traîne risquent de ressortir les vieux serpents de la censure. Ils auront sans doute une nouvelle sorte de venin, une nouvelle longueur de queue et un nouvelle couleur de peau, mais on les reconnaîtra.
Comments