Les petites filles respirent le même air que nous
Revenir à la liste des titres



« On a joué à bleu-blanc-rouge. Quand la grosse Josiane s’est retournée pour nous surprendre, Maline s’est statufiée.
Elle reste, bras écartés, bouche ouverte et jambe en l’air, comme une danseuse pataude. Les autres sont immobiles, au garde-à-vous. On jurerait qu’elles n’ont pas bougé. Madeleine quitte brusquement le jeu, sans raison ; elle s’ébroue, esquisse un ou deux mouvements de gymnastique et va pour entrer en classe. En frôlant Maline, elle murmure :
- Si la mort passe, tu resteras comme ça et on ne pourra pas t’enterrer. »

Dix petites filles inquiètes, dans vingt nouvelles qui jouent à cache-cache avec l’envie de grandir et la peur d’être grandes. Dix petites filles tendres dans les moments douloureux, ravissants ou magiques de leurs existences.